« Vivez ! vivez la merveilleuse vie qui est en vous ! (...) Cherchez de nouvelles sensations, toujours ! Que rien ne vous  effraie !"

Theatre-Dorian_Gray

Avec son ambiance londonienne et victorienne parfaitement restituée, brouillard enveloppant et costumes d'époque, l'adaptation théâtrale du merveileux roman d'Oscar Wilde " Le portrait de Dorian Gray" m'a enchantée. Ouh comme j'aime le théâtre... Je ne cesse de dire à mon amie Julie qui m'accompagnait vendredi soir que nous devrions nous faire une pièce...  au moins une une fois par semaine ! J'ai ce désir irréaliste (le temps, l'argent, l'enfant...) chaque fois que j'assiste à une représentation.

Le texte magique (au sens propre : le surnaturel est omniprésent)  de Wilde est totalement fait pour la scène avec ses dialogues ciselés, ses répliques pleines de cynisme et d'humour. Les quatre acteurs qui le portent à la Comédie des Champs Elysées- ils jouent plusieurs personnages à la fois- semblent totalement habités par leurs rôles. Pour résumer, le jeune et magnifique Dorian Gray, modèle du peintre Basile, rêve de conserver sa jeunesse et sa beauté pour l'éternité. il fait le voeu de voir son portrait vieillir et s'enlaidir à sa place. Souhait exaucé. Sous l'influence du cynique et hédoniste Harry, il se livrera à tous les libertinages, à tous les excès, brisera impitoyablement quelques coeurs et... (scène terrible où il lance froidement à Sybil, en larmes à ses pieds : "vous m'avez déçu", sans lui accorder un regard... j'en ai encore des frissons) 

La pièce est longue, entrecoupée d'intermèdes chantés, mais on ne s'ennuie pas un instant, envoûtés par l'interprétation sans défaut, la beauté de la langue,  la tension dramatique croissante et l'impeccable mise en scène de Thomas Le Douarec, qui interprète également Harry. (Il a tout à fait la voix d'Edouard Baert, c'est étonnant, et une certaine ressemblance physique aussi, j'ai même cru pendant un moment..) Mise en scène pourtant dépouillée, entièrement centrée sur les comédiens et sur ce fameux tableau qui laisse échapper quelques éclats rougeoyants mais ne sera jamais dévoilé au public. Son effrayante évolution sera simplement perçue au travers des visages horrifiés des acteurs qui le regardent... 

A ne pas rater, c'est vraiment magnifique ! Le spectacle a énormément de succès et joue les prolongations jusqu'à fin juillet.