images

J'ai 54 ans et, depuis un an, je trompe ma femme avec une autre femme, une femme plus jeune que moi, une jeune femme qui a vingt-trois ans de moins que moi

Parfois, il y a des billets de blog qui vous touchent, vous émeuvent et vous donnent envie de lire sans délai le bouquin dont il est question (la fameuse Impulsion...) Je me suis jetée sur "Les fidélités" après avoir lu ceci, et bon sang je ne le regrette pas. Ce roman qui n'a l'air de rien m'a retournée. 

Nous avons là un homme, la cinquantaine, qui contrairement aux apparences, est fidèle. A deux femmes. L'officielle, avec laquelle il est marié et a une fille. Et la maîtresse (Le mot maîtresse est bien moche et inapproprié dans le cas présent...), Alix, jeune, belle, pleine de vie, de désir. Ne nous y trompons pas, notre homme n'est pas uniquement titillé par le démon de midi. Il est sérieusement épris. Des deux. Pourtant cette double vie doit prendre fin. Un choix s'impose. Il le sait.

Etonnant petit livre (par la taille) qui fait réfléchir et bouscule certains principes que l'on croyait fermement acquis. Comme la plupart des femmes, je n'ai pas grand goût pour les hommes infidèles. Je ne suis pas très encline à leur trouver des excuses... et je m'apprêtais de toute façon à détester ce bonhomme indécis et forcément malhonnête. Sa maîtresse aussi, cette  sal... briseuse de ménage. Sauf qu'ici rien n'est simple. Personne n'est détestable, cette triangulaire amoureuse ne profite à personne, à commencer par l'infidèle, torturé de culpabilité, regrettant les moments passés avec l'une quand il est avec l'autre, se projetant douloureusement dans les sentiments et émotions d'Alix, anticipant des évènements qui sans doute n'arriveront jamais- sa propre fille lui annonçant sa liaison avec un homme marié-...

J'ai absolument tout aimé dans ce roman, tout y est juste et finement analysé, sans jugement aucun des comportements de chacun. J'ai aimé ne pas détester cet homme tiraillé entre deux amours, éprouver de la tendresse et de la compassion pour la jeune maîtresse. L'épouse est aussi très touchante. Elle sait peut-être que son mari la trompe, ou peut-être pas... Elle sait en tout cas qu'ils "ne font plus l'amour", et qu'elle en souffre. Ces choses là sont dites avec beaucoup de pudeur et de simplicité. L'écriture très sobre et précise de Diane Brasseur véhicule pourtant une émotion réelle tout au long des pages, que l'on tourne sans pouvoir s'arrêter, curieux de savoir quel sera le fameux choix, jusqu'à la fin... émouvante et inattendue. 

Une bien belle et troublante lecture, qui continue de trotter dans la tête longtemps après avoir refermé le livre. Pas rigolo rigolo, mais la vie... 

Merci Stephie ! :-)

 

Je ne veux pas vieillir.

Je ne veux pas que des taches brunes apparaissent sur mes mains... je ne veux pas avoir la goutte au nez sans m'en rendre compte...

je ne veux pas moins bander.
J'ai une maîtresse, j'ai une liaison.
Je suis infidèle.
Je le répète mentalement plusieurs fois par jour pour m'en convaincre.
J'ai l'impression de penser à la place d'un autre homme.
                                                                             ___
Le matin, je me réveille à côté d'elle et la première chose que je vois, qui dépasse de la couette écrue, c'est son épaule. Elle se soulève au rythme de sa respiration. Je suis son bras du regard, son coude, son avant-bras couvert d'un léger duvet blond, son poignet, les veines bleues qui courent sur sa main, ses doigts posés sur le matelas.
Je me serre contre elle, son corps est chaud. Je sens son dos contre mon ventre, je cherche sa nuque, ses cheveux me chatouillent.
J'entends son souffle dans le coton de l'oreiller et c'est bon, c'est bon de me réveiller à côté d'elle et de son odeur.