9782021125948

"T'en as pas ras le bol de vivre comme une éternelle étudiante en période d'examen??"

Jeanne Dargan enseigne dans un collège difficile. Son rêve : faire un thèse sur Kafka. A sa grande joie, son projet est accepté, mais sans aucun financement. Cet obstacle pourtant majeur n'entame pas l'enthousiame et la détermination de Jeanne : oui, elle soutiendra sa thèse, en trois ans, jour pour jour, -elle l'a promis à son compagnon- tout en travaillant à la fac, puis au secrétariat de l'université. Mais Jeanne n'imagine pas une seconde ce qui l'attend et s'engage dans un vrai parcours du combattant...

Voilà un roman graphique dont je recommande vivement la lecture : l'histoire de Jeanne, fortement inspirée par l'expérience de thésarde de l'auteur, a le mérite de soulever des questions que l'on ne se pose guère : quelle est la vie d'un étudiant en thèse? Quelles sont les conséquences de ces trois, quatre années (souvent plus) consacrées exclusivement à l'étude? Et de quoi vivent-ils, ces chercheurs? Quels obstacles faut-il surmonter pour atteindre le Graal, à savoir la soutenance de la thèse?

Des embûches, Jeanne va en rencontrer et pas des moindres : entre ses cours à préparer - au final non rémunérés !! -son amoureux qui finit par s'agacer, sa famille qui n'y comprend rien, ses recherches interminables sans aucun appui -son directeur de thèse est aussi fuyant qu'une anguille-, notre chercheuse a de quoi péter un câble... mais comme c'est drôle, instructif, grinçant, bien vu, bien construit et surtout admirablement dessiné ! Un dessin amusant, coloré, très expressif, comme par exemple l'illustration de l'évolution de Jeanne au cours de ces trois années ou le portrait hilarant de la secrétaire du département des thèses, véritable boulet parfaitement représentatif de l'inertie du système...

J'ai vraiment adoré ces "carnets de thèse", une BD coup de coeur irrésistible à ne pas rater !

Merci à mon cher frangin pour le prêt ! Je ne sais pas si je vais te la rendre, ta BD...

                                                               

carnetsthese_154