9782070355136

J'ai été séduite par ce petit livre, ou plutôt par son sujet: les voisins. Il ne s'agit d'ailleurs pas vraiment d'un éloge (non le voisin n'est pas toujours sympathique, il peut même être tout le contraire, Jean-Baptiste Gendarme le prouve à travers quelques petites histoires édifiantes) mais plutôt d'une sorte de radiographie où le voisin est examiné sous toutes les coutures et entendu au sens large. Le voisin, ce n'est pas seulement celui qui habite sur votre palier, mais aussi celui qui partage votre chambre à l'hôpital, votre banquette dans le train, qui occupe le bureau à côté du vôtre... on le côtoie en toutes saisons et il nous laisse parfois des petits mots dans le hall de l'immeuble. Bref, on vit avec, pour le meilleur et pour le pire. On a toujours un voisin à un moment donné et on est toujours le voisin de quelqu'un, même si ça dure cinq minutes.

Une idée rigolote, originale, que j'aurais aimé avoir eue. Je suis jalouse :) C'est qu'il y a de quoi faire avec les voisins, il suffit de voir l'abondante littérature sur le sujet, recensée pour l'essentiel par l'auteur à la fin du livre. 

Pourtant si l'idée est excellente, la déception se trouve tout de même au bout de ma lecture. Je ne sais pas pourquoi, je m'attendais à... mieux.

C'est un peu plat, cela manque de verve, de fantaisie, d'un brin de suspense. Une mayonnaise dont tous les ingrédients sont de bonne qualité, à température ambiante, prêts à être mêlés harmonieusement les uns aux autres... et qui malgré tout ne prend pas. Il lui manque quelque chose. Un petit peu de vinaigre peut-être. ou du sel. Un peu de goût. Ma métaphore culinaire vaut ce qu'elle vaut, mais elle traduit parfaitement mon ressenti.

Dommage.

Avoir de bons ingrédients une bonne idée ne suffit pas toujours. Il faut aussi le petit je ne sais quoi, qui différencie un honnête pâté d'un foie gras. (oui ce soir, je fais dans la métaphore de bon goût :-) Ici, on est clairement dans le pâté, pas mauvais, pas du premier prix, mais ça reste du pâté.

Je vous laisse, il est l'heure de manger :))

"Il vit, là, en face de chez vous. Sur le même palier. On ne saurait dire si c'était lui, ou vous qui viviez-là en premier. Pas spécialement voyeur, mais à chaque bruit dans l'escalier, vous collez votre oeil au judas, en veillant bien à éviter les lattes tremblantes du plancher. Trahi par un grincement de plancher, non merci. Vous le voyez toujours de dos, dans son long manteau sombre, quand il entre chez lui, tranquille".