9782070421657Quel livre !! Une merveille que cette "Gourmandise", par l'auteur de "L'élégance du Hérisson" mais tellement loin devant à mon humble avis... 

Dans une chambre, rue de Grenelle, le plus grand critique culinaire du monde est à l'agonie.  

Et il cherche... il cherche désespérément, douloureusement, LA saveur qui "lui trotte dans le coeur", "lui résiste et se dérobe." Quelle est-elle donc, cette mystérieuse saveur, celle qui vaut toutes les autres, celle qu'il lui faut à tout prix retrouver avant de s'éteindre ? En une dizaine de courts chapitres, il fouille dans sa mémoire, convoque ses souvenirs gustatifs, sucrés, salés, les lieux, les parfums...

 Au terme du livre, il a enfin "l'illumination" et c'est merveilleux, je vous assure. 

 Autour du "monarque", les voix de ceux qui l'ont connu, (la concierge de "l'Elégance du hérisson" notamment) aimé ou détesté, s'expriment - même le chat y va de son commentaire !- et permettent de mieux le comprendre : est -il seulement le monstre d'égoïsme, "l'homme brutal" pour qui les autres ne sont que des "coléoptères que l'on chasse du revers de la main"? (p. 23) Le tyran ne cache t-il pas quelques blessures?

 Avec ce roman, Muriel Barbery semble avoir été touchée par la grâce. Chacune de ses pages est un festin des mots et des sens. Un véritable bonheur de la langue, (au sens large !) sensuel, raffiné et gourmand.  

 Dans ces moments de pur régal, je me dis que j'ai de la chance d'être lectrice...

 "La tomate, pourtant, je la connaissais depuis toujours, depuis le jardin de tante Marthe, depuis l'été qui gorge la petite excroissance chétive d'un soleil de plus en plus ardent, depuis la déchirure qu'y faisaient mes dents pour asperger ma langue d'un jus généreux, tiède et riche que la fraîcheur des réfrigérateurs, l'affront des vinaigres et la fausse noblesse de l'huile masquent en sa générosité essentielle. Sucre, eau, fruit, pulpe, liquide ou solide? La tomate crue, dévorée dans le jardin sitôt récoltée, c'est la corne d'abondance des sensations simples, une cascade qui essaime dans la bouche et en réunit tous les plaisirs. La résistance de la peau tendue, juste un peu, juste assez, le fondant des tissus, de cette liqueur pépineuse qui s'écoule au coin des lèvres et qu'on essuie sans crainte d'en tâcher ses doigts, cette petite boule charnue qui déverse en nous des torrents de nature: voilà la tomate, voilà l'aventure." (p.61)

Désolée si la critique est succincte, mais parfois c'est tellement beau qu'on ne trouve pas les mots...


Ce livre a naturellement sa place dans les challenges de Syl "Livres gourmands" et  Evy "Douce France"

logoSyl

 Challenge-douce-France