Electre_978-2-36762-195-1_9782367621951

"Il est anéanti par la dimension de la catastrophe. Sa vie, en quelques secondes, a changé de direction. Il est un assassin.
Ces deux images ne vont pas ensemble, on ne peut pas avoir douze ans et être un assassin."

Quel bonheur de retrouver Pierre Lemaitre en version audio :) Je déborde carrément d'enthousiasme concernant son dernier roman et la lecture qu'en fait Philippe Torreton est tout à fait exceptionnelle...

Je résume très brièvement l'intrigue à la fois simple et géniale, fondée non pas sur la résolution d'un meurtre, dont le lecteur connaît très vite les tenants et aboutissants, mais sur la psychologie du coupable, que l'on suit de l'enfance à l'âge adulte.

 Habitant de la commune de Beauval, le petit Rémi Desmedt disparaît quelques jours avant la tempête de 1999. Il est tué accidentellement par un garçon de douze ans, Antoine Courtin, que Rémi aimait pourtant beaucoup. Furieux après le père de Rémi qui s'est débarrassé de son chien blessé sans état d'âme, Antoine s'en prend au petit garçon lui donne un mauvais coup qui sera fatal. 

Commence alors pour Antoine une existence rongée par la culpabilité, la honte, la terreur de finir ses jours en prison. Et c'est absolument passionnant, que dire de plus? Pierre Lemaitre est un solide et merveilleux écrivain, qui décrit avec subtilité, une justesse incroyable, les affres par lesquelles passe son héros tout au long de sa vie. Antoine, malgré l'horreur de son acte, on ne peut que s'y attacher. Tout au long de ma lecture, je me suis surprise à le plaindre : comment peut-on vivre avec le poids d'un tel crime sur la conscience?

Autour d'Antoine évoluent divers personnages qui chacun auront un rôle à jouer dans son parcours. Sa mère, dépeinte comme une femme esseulée et rigide, les camarades de classe dont la treès jolie et très creuse Emilie, Théo, le fils du maire et redoutable affabulateur, la famille Desmedt si durement éprouvée, le charcutier, à la laideur si singulière... autant de personnages admirables et nécessaires, car chez Pierre Lemaitre, tout ce qui est mis en place, les choses et les gens, sert le récit. Les tempêtes qui ravagent Beauval à l'aube de l'année 2000, en plus d'être formidablement décrites, auront aussi leur utilité dans l'histoire...

"Trois jours et une vie" est un superbe roman avec une fin qui cloue le lecteur sur place, magnifié par le talent de Philippe Torreton. Sa voix belle et profonde, l'émotion dans le timbre, jamais surjouée, toujours juste et bien placée, ont fait de ce moment de lecture un régal exceptionnel.

De nombreux moments forts pendant cette "écouture" : la messe de minuit, dite par un curé à la sauce Torreton : ça vaut le coup d'oreille ! Je soulignerai aussi le long passage où Antoine, épouvanté par son crime, tente de se débarrasser du corps de Rémi et traverse la forêt en transportant le cadavre sur son dos : un grand moment de littérature, glaçant, éprouvant... pendant lequel j'étais suspendue à mon fil (d'écouteurs :)

J'ai lu/écouté ce livre pendant une semaine, il m'a accompagnée partout, à chaque fois que l'écoute était possible : cinq minutes, un quart d'heure, une heure dans les bons moments... Le pouvoir de Pierre Lemaître associé à Philippe Torreton est dans l'addiction qu'ils provoquent. Je suis ravie de mon addiction :)

Un grand bravo à tous les deux !

" La vie doit toujours reprendre le dessus, elle adorait cette expression. Cela signifiait que la vie devait continuer de couler, non pas telle qu'elle était mais telle qu'on la désirait. La réalité n'était qu'une question de volonté, il ne servait à rien de se laisser envahir par des tracas inutiles, le plus sûr pour les éloigner était de les ignorer, c'était une méthode imparable, toute son existence montrait qu'elle fonctionnait à merveille."