MODIANO_com (1)Ma copine Julie est une modianophile enthousiaste et convaincue, elle suit de près tous les événements qui concernent  Modiano grâce au fameux réseau et lorsqu'elle a su que le Théâtre de la Ville lui consacrait une soirée, (entrée gratuite avec réservation tout de même) elle a immédiatement pensé à sa Comète Chérie pour l'accompagner... Vous imaginez, Patrick Modiano en personne, venant écouter des extraits de ses oeuvres, lus par... Sami Frey et Catherine Deneuve ! Oui, oui, vous avez bien lu, et nous y étions, ma Juju et moi-même, pour de vrai, et ce fut une belle, très belle soirée...

Il y a du monde devant le théâtre, et nous vivons quelques aventures avant de pouvoir y pénétrer... Modiano fait le plein, peut-être davantage depuis le Prix Nobel, et les gens se bousculent comme au premier jour des soldes ou un match OM-PSG... Quand je dis se "bousculent", je pèse mes mots, je manque mourir écrasée au milieu d'une foule passablement énervée (le grand rassemblement c'est déjà terminé ma bonne dame, on est plus que jamais  dans le "pousse-toi d'là que j'm'y mette"), encore plus énervée (pour certains) quand on nous annonce que le billet imprimé n'est pas un vrai billet et qu'il faut aller le chercher, le vrai billet, tout en bas à l'accueil (alors qu'on nous a dit le contraire dix minutes plus tôt). Donc Juju  passe par dessus la rampe d'escalier, filant son joli collant pour récupérer le précieux billet... Non, là c'est moi qui délire, elle demande juste au monsieur qui donne de fausses informations de lui frayer un passage pour redescendre, sinon ça va péter car c'est pas normal vous comprenez, de dire un truc et son contraire vingt minutes plus tard... pendant ce temps, collée contre la rampe, je tente de reprendre mon souffle et mon béret marron, perdu dans l'affaire...

Finalement, Juju revient avec les billets (les vrais !!) et nous accédons enfin à la salle, où les places commencent à être chères (façon de parler)...Nous nous installons un peu en hauteur, et c'est pas mal du tout. On entend bien, on voit bien... Je commence à me détendre...

Le Grand Monsieur Modiano (il est très grand, c'est vrai!) arrive enfin sur la scène, entouré de la Maire de Paris, Anne Hidalgo, du directeur de France Culture, Olivier Poivre d'Arvor, et d'une journaliste dont le nom m'échappe. L'émotion est grande et le théâtre entier se lève, debout pour applaudir l'écrivain, confus de tant d'enthousiasme... Les discours des uns et des autres, sans flagornerie, rappellent ce que la ville de Paris doit à Modiano et Anne Hidalgo (qui a lu et relu ses oeuvres, pas comme certaines, n'est-ce-pas, qui gèrent actuellement la culture française comme moi ma corbeille de linge, c'est-à-dire mal...) annonce qu'une rue de Paris, dans le XVIIIe, tenez-vous bien, va prochainement être baptisée Dora Bruder ! (Ne pleure pas, Galéa, c'est une merveilleuse initiative, tu viendras à Paris pour le baptême, je t'héberge)

Et puis arrivent les lectures...Samy Frey lit merveilleusement de longs extraits de "Dans le café de la jeunesse perdue" et de "Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier" (sur tablette !) Lecture émouvante, frémissante, on entend les mouches voler, quelle voix et quelle façon de dire les textes, vraiment c'était beau... on a envie de lire tout Modiano après ça ... (Si je trouve un extrait you tube, je le mettrai en lien, je vais chercher)

Modiano lui-même, interrogé par la journaliste, fait rire le public en déclarant qu'entendre ses propres textes l'aide à dissiper certaines confusions... (en fait, je crois qu'il est tout sauf confus, je le pense au contraire tout à fait limpide et surtout non dénué d'humour).

Et puis c'est le tour de Catherine Deneuve, devant son chevalet, pour un extrait de "Dora Bruder". Oh la la, la déception... Elle lit à toute vitesse, sur un ton monocorde, en avalant les mots, en butant parfois, se battant avec les pages qui semblent collées entre elles ( ben alors Catherine, on n'a pas répété avant d'y aller?) Quel dommage de gâcher un texte de la sorte...

C'est terminé, déjà, je vais prendre un taxi pour rentrer, mon mari m'a laissé un message pour m'informer que Poupouce râle et n'arrive pas à s'endormir car il a le nez plein. Allez, maman va déboucher tout ça et faire un gros câlin... Je vous passe les détails inintéressants du taxi qui se trompe de destination et dont la machine à carte bleue tombe en panne juste pour mes beaux yeux. Retenez juste que la soirée fut mouvementée mais belle et que ma Juju est une amie en or. Et aussi qu'habiter en région parisienne malgré le bruit, la pollution, les nerfs, ça présente quand même de sacrés avantages :)))  

 Ah oui, et aussi que cette soirée sera rediffusée sur France Culture le 22 Janvier à 21 heures !