DownloadedFile-3

"Il est vrai que j'ai logé six balles dans la tête de mon meilleur ami"

Cela fait un moment que j'ai envie de découvrir Lovecraft. J'ai donc téléchargé une  nouvelle sur ma liseuse, histoire de voir à quoi ça ressemble, sans prendre trop de risques. Bon maintenant, j'ai une petite idée. A priori, je n'aime pas. Je dis à priori, car je n'ai peut-être pas choisi le texte le plus réussi ni le plus représentatif. Et puis je l'ai lu de façon hachée. Ben oui, j'ai un gosse, moi madame. Donc je n'en sais trop rien...

Le narrateur a tué Edward, son meilleur ami, c'est ainsi que démarre la nouvelle. Mais il l'a fait à sa demande, pour son bien. En effet, Le mariage d'Edward avec l'étrange Asenath Waite a été le déclencheur d'événements terribles et inattendus. Une sombre histoire de possession... j'arrête là mon résumé.  

Le problème de cette nouvelle effrayante est qu'elle n'a eu aucun effet sur moi, pas même un frisson du sourcil. Je ne suis pourtant pas une warrior, il m'arrive d'être impressionnée quand je lis Stephen King, par exemple. Ici, que nenni. Les ficelles de cette histoire m'ont paru bien grosses, je crois que j'ai perdu l'habitude de l'horreur racontée de façon aussi... démonstrative. Par exemple: "ce fut dans la nuit (...) que l'horreur suprême, absolue, fondit sur moi, accablant mon esprit d'une panique intense et poignante dont il ne pourra jamais se délivrer". Oh là là, je ne sais pas vous, mais moi, cette avalanche d'adjectifs m'informant que ce qui va suivre va faire peur, ça me coupe tous mes effets. J'ai trouvé que l'ensemble manquait de subtilité, et que le narrateur s'évanouissait un peu trop, à la fin. Il y a pourtant une progression dans la nouvelle, dommage, on la sent beaucoup trop. Points positifs : l'écriture, classique, est agréable à lire. Et j'ai bien ri par moments. Par exemple :

"Elle enrageait pourtant de n'être pas un homme car elle croyait qu'un cerveau mâle possédait certains pouvoirs cosmiques rares et très étendus."

Je retenterai Lovecraft , on ne sait jamais... Mais j'ai de sérieux doutes.