20 octobre 2013

Viviane Elisabeth Fauville- Julia Deck

  "Vous n'êtes pas tout à fait sûre, mais il vous semble, que, quatre ou cinq heures plus tôt, vous avez fait quelque chose que vous n'auriez pas dû." N'allez pas croire que je me désintéresse de la rentrée littéraire. Au contraire je suis à fond sur celle de ... 2012. Tant de bouquins intéressants nous échappent, je m'octroie donc quelques séances de rattrapage un an après. :)) Par exemple, il aurait été dommage de passer à côté de "Viviane Elisabeth Fauville", qui est un petit roman fascinant à bien des égards. J'ai... [Lire la suite]

17 octobre 2013

Voir du pays- Delphine Coulin

  "Et puis elle avait toujours ce vieux rêve : voir du pays." Je me suis offert ce livre sur un coup de tête -et coup de coeur- après le passage de l'auteur à la Grande Librairie. C'est la faute à mon François qui sait si bien mettre en valeur les écrivains et leurs bouquins :)) (j'achèterais le bottin téléphonique en allemand si François le recommandait chaudement... vous voyez où j'en suis... bref).  Aurore et Marine sont deux jeunes femmes liées par une amitié très forte, depuis l'adolescence. Lorsque Marine s'engage... [Lire la suite]
Posté par Une Comete à 17:27 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 octobre 2013

Betty- Arnaldur Indridason

En ce moment, j'épluche ma PAL et je m'aperçois que j'ai laissé de côté quelques pépites. "Betty" en fait partie. Offert par ma chère Philisine lors d'une de nos rencontres parisiennes, ce polar est absolument remarquable. C'est aussi mon premier Indridason et s'ils sont tous comme celui-là, il ne sera pas le dernier... Le roman démarre comme un polar plutôt classique. Un personnage est incarcéré pour meurtre, on l'interroge, il livre des bribes de son histoire, assez obscure. Cette histoire, il la raconte aux policiers qui le... [Lire la suite]
06 octobre 2013

A moi pour toujours- Laura Kasischke

Définitivement pas fan de Laura Kasischke, c'est ce que je me suis dis en refermant "A moi pour toujours". C'est ma deuxième tentative, et si elle s'avère moins désastreuse que la première, je ne comprends toujours pas... Ni la comparaison avec Joyce Carol Oates, ni l'enthousiasme qu'elle suscite, ni le mélange "d'atrocité et de poésie" dont parle Olivia de Lamberterie, citée au dos du livre. Pour moi, Laura Kasischke n'est ni atroce, ni poétique. Juste bof. Ici, il est question de Sherry Seymour, professeur d'université, la... [Lire la suite]