P6291664

"Nous sommes habillés très chic et nous sommes prêts à mourir dans le naufrage comme des gentlemen" (Benjamin Guggenheim, passager 1ère classe)

 

C'est une bien belle exposition que celle proposée actuellement Porte de Versailles à Paris et à laquelle j'ai eu la chance d'être conviée, grâce à Xavier Chezleprêtre, de Attitude. Avant toute chose, un grand merci à lui pour ces deux heures absolument passionnantes:)

L'exposition retrace, avec force détails, l'histoire du fameux paquebot, depuis sa conception jusqu'à son tragique naufrage le 15 avril 1912. J'avoue avoir eu quelques doutes à l'entrée : l'attraction qui propose de se faire prendre en photo sur un pont, à la manière de Jack et Rose, m'a fait craindre quelque chose de ludique, ce qui heureusement n'était pas du tout le cas. 

L'exposition est au contraire d'une grande sobriété, et l'équilibre entre les panneaux explicatifs, les photos d'époque et la présentation des objets retrouvés, parfois presque intacts, après le naufrage, est parfait. C'est sûrement ce qui m'a le plus intéressée, les objets, car bien sûr, derrière un fragment de peigne, un petit sac de soirée ou une paire de lunettes, il y a les gens, partis pour certains avec l'espoir de refaire leur vie en Amérique. Pour d'autres, le hasard malheureux d'une grève les a conduits sur le Titanic, alors qu'ils avaient prévu de voyager sur un autre paquebot. Terrible.

J'ai apprécié que les explications, bien que précises, soient illustrées et pas trop longues. Je n'aime pas beaucoup lire au musée, je sature vite et j'oublie ce que j'ai lu. Ici, les explications écrites sont dans de bonnes proportions et les biographies des passagers affichées sur des panneaux, richissimes ou sans le sou, mais hélas promis au même sort, ( enfin, presque tous...) permettent de mieux comprendre leurs motivations et leurs rêves.  Ainsi, aucun membre de la famille Goodwin, qui rêvait d'une vie nouvelle et voyageait en troisième classe par souci d'économie, n'a survécu au naufrage. Les enfants étaient au nombre de six...

 Autre aspect intéressant de l'expo: la reconstitution des lieux. Le visiteur se promène en première, deuxième et troisième classe, passe devant les cabines luxueuses des uns, le salon de lecture, les bains turcs, le majestueux escalier, découvre le menu proposé aux autres (rôti de porc, patates à l'eau, fruits frais, pain beurré...) et prend acte de la différence de traitement choquante entre les riches et les pauvres, même si ces derniers n'avaient pas trop à se plaindre de la troisième classe sur le Titanic, plus confortable, semble-t-il, que sur d'autres paquebots. En effet, les sanitaires se trouvaient à l'intérieur et les cabines étaient pourvues de vrais matelas.

La tragédie du 15 avril est elle aussi retracée avec précision et je dois dire que j'ai trouvé cette partie de l'exposition impressionnante. La nuit était belle mais extrêmement froide ce soir là, tout était "étrangement calme", jusqu'à ce que le paquebot, qui vogue sur des eaux glaciales à vitesse maximale, ne frôle l'iceberg... Un bloc de glace à la température présumée de l'iceberg, sur lequel le visiteur est invité à poser ses mains, est exposé. Ouff... c'est froid. Très froid. L'eau où les naufragés sont morts d'hypothermie était pourtant encore bien plus froide !

L'expo se termine sur un affichage géant récapitulant le nom des disparus et des rescapés. La photo ci-dessous parle d'elle-même. Inégaux jusque dans la mort...

P6291686

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P6291746

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo-48

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo-49

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo 1

 

 

 

 

 

 

 

 

photo 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les photos ont été prises par mon Cher et Tendre. D'abord il est plus doué que moi et puis mon téléphone est saturé et ne prend plus de photos...

Merci Chouchou ! :-)

NB : des centaines de plats à gratin (sixième photo) ont été retrouvés intacts...