marcus

ça se passe à Lille. C'est l'histoire de Pierre, un brave gars, genre bourru au coeur tendre, qui adopte le petit garçon d'une femme qu'il a aimée sans retour. Toxicomane, la jeune femme s'est suicidée. Avec le gamin, prénommé Marcus, il noue un vrai lien d'affection. Et puis, il y a tous les copains qui forment une vraie famille autour de notre bonhomme et de son gosse... bref, c'est touchant, écrit dans un style oral, avec une certaine gouaille. Les billets que j'ai lus sur ce roman ont été quasi unanimes. Oui, c'est touchant. ça plaît.

Pas à moi, je suis désolée. Vous allez dire que je le fais exprès, mais je n'ai pas aimé du tout. Encore une fois, j'ai des arguments. 

Le style, comme je le disais plus haut, est très oral. A ce point-là, je déteste. De plus, j'ai eu le sentiment d'avoir déjà vu ce genre d'écriture cent fois. Rien d'original pour moi. On n'est pas obligé d'écrire comme Proust pour me plaire, je précise, mais là, sur plus de 200 pages, j'ai trouvé ce procédé oral fatigant. J'ai terminé le livre à bout de souffle. Où sont les négations?? 

L'histoire, elle non plus, ne brille pas par son originalité. Bien sûr que c'est mignon, cet attachement d'un homme pour un enfant qui n'est pas le sien, pour autant, c'est facile, c'est convenu. Ce roman n'apporte rien de plus au sujet, selon moi. Il est plein de bons sentiments, ce qui n'est pas un défaut, mais ne se démarque en rien. De même, la partie sur les prisons, les viols, les trafics, le langage ordurier, tout ça, ok, mais quoi de neuf? Quant à l'intrigue annexe qui n'apparaît qu'à la fin, elle me semble mal raccordée au reste. Et du coup pas très utile.

Je suis sans doute sévère, car il s'agit d'un premier roman, sans doute pas fait pour moi, voilà tout.

En ce moment, je trouve que beaucoup de livres ne sont pas faits pour moi, et ça m'inquiète...

 

- "Vous connaissez sa situation? Familiale, je veux dire.
- M. Lacourt m'en a touché quelques mots, oui.
- Alors faut juste comprendre que sur certains points, le gamin est un peu sensible. Et si on vient lui faire du mal, il se défend, c'est tout.
- A coups de poings...
- A coups de poings, oui. Je lui ai pas encore appris à faire avec les pieds".

Pour Sandy, c'est un coup de coeur, Cathulu a beaucoup aimé aussi. Cuné en a parlé aussi et semble plus mitigée.

prixdumeilleurroman-colonnededroite