images

Il ne fait pas bon vivre à l'Intraville, sinistre presqu'île écossaise qui subit les effets dévastateurs de l'usine chimique située à proximité. Malgré sa fermeture, l'usine continue d'empoisonner les lieux et les gens, rendus malades ou fous et soumis au bon vouloir d'un certain Brian Smith. Il est le seul à tirer profit de ce marasme grâce à son nébuleux projet baptisé "Terre d'Origine". Smith mène la danse. Les autres, comme le falot policier Morisson, n'ont qu'à subir et se taire.

Il faut dire que l'atmosphère délétère qui règne sur la presqu'île n'encourage guère à sortir de chez soi, à réfléchir ou se révolter : les habitants semblent avoir renoncé à tout, y compris à se poser des questions lorsque des adolescents disparaissent sans laisser de traces. Seul Léonard, bientôt quinze ans, avec son intelligence affûtée et son appétit de vivre, représente l'espoir, le "scintillement" au milieu de tout ce noir. Léonard aime les filles, les copains, dévore les livres avec passion. La violence qui infecte la jeunesse désoeuvrée de l'Intraville risque pourtant de faire vaciller la petite flamme...

 Je suis sortie de "Scintillation" vraiment troublée. Impossible de le lire d'une traite si tel avait été mon projet. Captivée, j'ai dû pourtant faire de nombreuses pauses au cours de ma lecture, tant l'atmosphère est lourde, oppressante.  Quant aux thèmes abordés, ils sont nombreux et graves, ce qui le rend difficile à classer dans un genre ou dans un autre. Fable écologique, thriller, dystopie, nourri de références bibliques, littéraires, cinématographiques, il évoque avec crudité le désespoir d'une jeunesse en perte de répères, d'un monde en déliquescence, voué au pourrissement, dit des choses très belles sur le bonheur de lire et l'importance de la littérature. Et puis quelle écriture ! Brutale ou poétique, elle évolue en fonction des les points de vue, passant du "je" au"il", selon les chapitres, apportant un peu de lumière sur chacun des personnages. Enfin, quand je dis "lumière", il s'agit en fait d'une petite lueur... 

En effet, "Scintillation" est une oeuvre exigeante qui nécessiterait sûrement une seconde lecture, la première ayant laissé  pas mal de zones d'ombre, en particulier sur la fin, un peu trop mystérieuse à mon goût. J'aurais aussi aimé savoir ce qu'il advient de tel ou tel personnage, pour lesquels je suis restée dans le flou. J'aurais voulu tout comprendre... eh bien non. L'auteur ne dissipe pas totalement le brouillard, donnant à son roman des allures de conte onirique, en plus du reste. C'est très beau, très fort et un tout petit peu frustrant.

"Ca fait quatorze ans que je vis ici. Quatorze ans et huit mois. Je respire cet air depuis plus de cinq mille jours. Je respire, j'avale et je digère les salissures, la poussière noircie et la pluie brune de la presqu'île depuis environ sept millions de minutes. Ca fait combien d'inspirations en tout? Combien de pintes d'eau? Combien de kilos de pain? Combien d'oeufs? A chaque inspiration, je fais entrer le monde dans mes poumons, chaque fois que j'avale, non seulement à manger et à boire, mais tout ce que ça contient, toutes les traces, les traînées, les pluies de suie, tous les filaments de cuivre, nickel, 2,4, 5-T et je ne sais quoi encore. Les gens disent qu'on est comme on est, que l'avenir est inscrit dans notre sang-et on est bien obligé de reconnaître qu'il est impossible d'éviter la chimie. Celui qui vivrait par ici, je ne pense pas qu'il dirait le contraire." (p88)

                                                                        ***

"Quand John est arrivé à la bibliothèque, j'étais presque à court de trucs à lire, l'étape juste avant les sniffs de colle et la délinquance juvénile. Ou pire encore, les mémoires de célébrités.

C'est alors que j'ai découvert Marcel Proust." (p. 106)

 

Ce roman est dans la course pour l'élection du meilleur roman de l'année 2013 par les lecteurs des éditions "Points", dont j'ai le plaisir de faire partie :)

 

prixdumeilleurroman-colonnededroite

 

 

 

 

 

 

 

 

Il a été lu par Keisha, Malika, Clara, Alex, Aifelle et bien d'autres. Désolée de ne pas pouvoir vous citer tous :)