images

S'il y a un livre qui a su piquer ma curiosité en cette période de rentrée littéraire, c'est bien le fameux "Oh..." de Philippe Djian. Sans doute à cause de son titre énigmatique et de ce que j'en ai entendu dire. Tout le monde parle de "Oh...", en bien ou en mal, mais le bouquin fait causer.

Par chance, la médiathèque de mon quartier en a fait l'acquisition et je me suis plongée dedans tout de suite, étant la première sur la liste des réservations.

J'aime réserver un livre, l'attendre un peu (pas trop quand même), aller le chercher, le glisser dans mon sac, le poser bien en évidence sur ma PAL ( il a grillé tous les autres, celui-là), le regarder amoureusement avant de l'ouvrir enfin. Parfois, c'est la déception, ça fait partie du jeu, et parfois non...

Avec"Oh...", la surprise a été très bonne. J'ai adoré.

 

 Pour Michèle, la cinquantaine, rien ne va plus. Son père croupit en prison  depuis des années pour un meurtre abominable, sa mère a l'intention de se remarier avec un p'tit jeune, son fils s'apprête à faire la plus grosse bêtise de sa vie, son amant est le mari de sa meilleure amie, son ex fricote avec une jeunesse... et lorsque l'histoire commence, elle vient de se faire violer.

Michèle ne porte pas plainte, garde son secret pendant quelque temps, cherche à retrouver son agresseur dont elle découvre rapidement l'identité... son existence va alors partir en vrille, définitivement. 

Excellent livre, lu quasiment en seule fois, et pas seulement en raison de l'absence de chapitres. J'ai été happée dès les premières lignes par l'histoire de Michèle, ce personnage plein de contradictions. Je me suis attachée à elle, suis totalement entrée dans sa tête, ses émotions, ses désirs plus que troubles, au point d'oublier que ce "je" qui nous promène pendant 237 pages est un homme ! L'exercice était osé, et je trouve que Djian s'en tire remarquablement. 

"Le style de"Oh..." est direct, visuel, vraiment agréable, très rythmé, les dialogues sont bons. L'auteur nous fait jongler entre les évènements du présent et du passé sans aucune gêne pour le lecteur, d'une ligne à l'autre parfois, et pourtant tout est clair, du moins en ce qui concerne l'écriture. Dans la tête de Michèle, c'est évidemment le contraire, et cette capacité à rendre limpide ce qui n'est que confusion m'a paru assez formidable. A propos des personnages, je rajouterai que Michèle est entourée de comparses (amants, ex-maris, enfants, amis...) également très bien campés, en particulier la fameuse Josie, dont le portrait piquant et le caractère de chien m'ont fait bien rire. Oui, "Oh..." est souvent drôle, malgré son sujet difficile. 

J'ai lu et entendu pas mal de choses sur ce roman : on lui reproche notamment des invraisemblances et sa soi-disant absence de psychologie. L'auteur affirme même que seule la langue compte et que l'histoire importe peu...

Je ne suis pas du tout d'accord, n'en déplaise aux détracteurs et à Philippe Djian lui-même.

L'histoire de Michèle m'a passionnée, et j'ai trouvé ses atermoiements tout à fait crédibles (elle n'est pas manichéenne, loin s'en faut : avec elle, on passe de l'irritation à la compassion, du rire aux larmes... elle n'est plus maître de ses émotions, le contrôle de sa vie lui échappe : les hormones de la cinquantaine peut-être? :))) et si l'écriture est efficace,  le récit l'est tout autant, avec des moments de suspens très bien menés et un rebondissement final inattendu qui m'a fait pousser un grand "aaaaaaaaah !"de plaisir.

Peut-être pas LE livre de la rentrée littéraire (je n'en ai pas lus suffisamment, je n'en sais rien) en tout cas pour moi, on n'est pas loin du coup de coeur. 

 

"C'est un autre moi qui se manifeste à mon corps défendant. C'est un moi qu'attirent les eaux troubles, les mouvements, les terres inconnues. Je ne sais pas. Je ne peux pas ouvrir mon crâne pour regarder à l'intérieur."

                                                       *** 

"Non, je ne sais pas ce que je cherche au juste. Il fait froid, les jours ont raccourci. Je ne lis pas de bons scénarios. J’ai été violée. Je ne parle pas de mes relations avec mon mari et mon fils, je n’évoque même pas mes parents. Le pire est qu’il va falloir penser aux cadeaux.".

 

Une superbe émission à réécouter : (eh oui, encore chez François Busnel, vas-y François, c'est toi le meilleur !)

http://www.franceinter.fr/emission-le-grand-entretien-philippe-djian

 

Emprunté à la médiathèque

 

Deux challenges pour ce roman:

*"Histoire de famille" chez Sharon (ma énième participation)

Lecture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*"Destins de Femme" chez Litote (ma première participation)

78223369_p