imagesJe poursuis avec bonheur ma lecture des aventures de Marco avec ce second volet de la série  "Le combat ordinaire". J'ai beaucoup aimé le premier album et carrément adoré celui-là. Il est tout simplement magnifique. 

Toujours aussi anxieux malgré l'amour de la jolie Emilie, Marco entreprend une série de photos pour une exposition et un livre. Son sujet : les ouvriers du chantier naval "l'atelier 22". Il devient urgent de photographier ces "quantités négligeables", ces gens qui sont pour Marco des amis d'enfance, des camarades de son père, avant la disparition pure et simple du chantier mais aussi des hommes...

De disparition il est beaucoup question dans cet album : disparition des valeurs dans un monde en constante évolution, perte de la mémoire, de ceux que l'on aime, perte des illusions aussi ... Ce monde qui change, pas forcément en bien, est une vraie source d'angoisse pour Marco. Heureusement, il y a la famille, la complicité de Marco avec son frère,  toujours irrésistible de drôlerie, et surtout, il y a Emilie, son énergie, son bon sens, son envie d'avancer. J'aime beaucoup ce personnage lumineux, dans cet album tellement beau mais souvent d'une tristesse poignante.

Les dessins sont superbes, bien entendu. Quelques planches, intercalées dans l'histoire de Marco, sont des réflexions sur la vie, la mort, l'art et les artistes. Les portraits qui les accompagnent sont saisissants de beauté. Ah, ces sourires, ces regards... Magnifiques. Pour comprendre aussi bien l'humanité et la restituer d'une aussi belle façon, il faut avoir du génie.

"On a tous des manières différentes de réagir au deuil, à la douleur, au manque.  (...) Pour ma part, les peines intenses m'anesthésient. Que je parle ou que je garde le silence, je suis alors vide. Le subit anéantissement de mes émotions semble être mon système personnel de protection. Je suis alors capable de continuer. Une part de moi s'occupe des autres, des relations sociales, de l'intendance en somme... Tandis que l'autre habite mon lopin d'enfer soigneusement privé, à l'abri des regards."

photo-37

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emprunté à la médiathèque.

Je n'avais pas pensé à proposer le premier volume de la série au challenge "Histoire de famille" de Sharon. Pour celui-ci, ça me semble évident.

 

Lecture